Vladimir Feltsman : son disque Brahms « CHOC » de Classica !

Depuis 15 ans, Vladimir Feltsman, qu’on avait d’abord connu pour ses premiers disques chez CBS devenu Sony, a bâti avec la firme Nimbus une nouvelle et vaste discographie, d’un niveau artistique absolument exceptionnel et qui couvre tout le coeur de la littérature pianistique.

Feltsman a d’ailleurs enregistré pour Nimbus l’intégralité des œuvres figurant au programme de son concert du 10 octobre à la Salle Gaveau: Schumann : Arabesque et Kreisleriana -Moussorgski : Tableaux d’une Exposition).

Nous vous en fournissons la Playlist sur la plateforme Qobuz.

Par ailleurs, Vladimir vient tout juste de faire paraître un nouvel album consacré à Brahms. On vous laisse le découvrir… Il devrait, comme les autres, vous donner l’envie d’assister à son concert.

Ce disque Brahms est salué en octobre d’un CHOC du magazine Classica : 

Classica, Octobre 2018
 
 

Réserver pour le concert de Vladimir Feltsman

S’abonner à la saison des Concerts de Monsieur Croche

Le site de Vladimir Feltsman

Tous les disques de Vladimir Feltsman à télécharger sur le site de nos amis de Qobuz

Lettre à notre futur public

Dans quelques jours le récital de Vladimir Feltsman marquera le début de l’aventure des Concerts de Monsieur Croche à la Salle Gaveau.

Cette saison de concerts se propose, vous le verrez, de créer un nouvel espace de programmation, inédit, à Paris, au service d’artistes internationaux du plus haut niveau (7 pianistes, un claveciniste au cours de notre première saison). Alternent des noms légendaires et des talents plus jeunes, mais déjà largement reconnus sur les plus grandes scènes mondiales.

Notre initiative est d’abord née de la constatation que Paris est une ville paradoxalement moins aventureuse dans ses programmations, dans ses propositions, que par exemple les saisons régionales, ou les festivals d’été.

La conséquence en est que le « passage à la vitesse supérieure » que constitue la présentation au public parisien dans une grande salle avec toutes les garanties d’acoustique adaptée, est rendue difficile pour de nombreux grands artistes.

L’offre vous semble pourtant pléthorique ?  Mais selon nous elle rabâche beaucoup, parfois luxueusement.

Et quand on pense à la formule-reine, celle du récital, moment de vérité d’un artiste face à son public, alors on manque d’initiatives, de producteurs indépendants agissant, donc de liberté de programmation, d’aventures, de surprises, de prises de risques. Parce qu’il manque à Paris de vraies bonnes salles de dimensions moyennes. Parce que les moyens publics à Paris sont extraordinairement concentrés non seulement financièrement mais aussi, ce qui est choquant, esthétiquement. Plus il y aura de programmateurs différents capables de dire : « J’aime cet artiste et je vais le présenter », mieux ce sera. Voilà pourquoi, entre autres,  nous avons créé les Concerts de Monsieur Croche.

Mais aussi : le Paris musical manquerait-il de mémoire ? Je le crois. Nous assumons ici un certain goût pour la nostalgie en voulant faire réentendre des artistes qui ont ébloui jadis la scène parisienne et qui y sont aujourd’hui injustement délaissés.

L’espace acoustique de la Salle Gaveau permettra à tous de s’exprimer et au public de les entendre dans les meilleures conditions, qui plus est dans le centre de Paris, et pour un prix raisonnable.

Notre initiative est privée, indépendante et non subventionnée. Aurions-nous dû attendre de convaincre les uns et les autres, nous n’aurions rien fait avant longtemps.

Les Concerts de Monsieur Croche offrent une programmation qui représente une prise de risques, avec pour seuls objectifs le plaisir et la volonté de créer des moments uniques.

Si cette saison remporte le succès, ce ne sont pas les beaux projets et les bonnes idées pour la faire perdurer dans le futur, qui manquent, et dont nous comptons annoncer certains bientôt !

Voilà pourquoi nous avons mis en place des abonnements pour 8 concerts. En vous abonnant vous bénéficiez des meilleures places, que vous pourrez choisir avec nous en fonction de vos préférences, d’un accueil personnalisé, du programme de chaque concert offert, et d’une réduction de 15% sur le prix des places. En cas d’empêchement, il vous sera aisément possible de faire bénéficier de vos places les personnes de votre choix qui bénéficieront de la même qualité de service.

Il vous reste un mois maintenant pour y souscrire et de la sorte, si vous appréciez notre démarche,  disons-le franchement, nous soutenir et contribuer à nos côtés à enrichir la diversité des artistes présentés à Paris, vers plus de variété et d’anti-conformisme ! 

Yves Riesel
Directeur

PS – Notre équipe peut également proposer des formules adaptées aux entreprises et à des opérations de relations publiques de prestige autour de nos concerts. Par ailleurs un tarif « groupe » à partir de 10 personnes pour un même concert dans une même catégorie ouvre droit à une remise de 20% sur le prix des places. Contact : 07 69 70 32 51  info@concertsdemonsieurcroche.com 

Un nouveau disque de Pavel Kolesnikov : Beethoven

Pavel Kolesnikov, qui se produira le mercredi 6 février aux Concerts de Monsieur Croche, Salle Gaveau à Paris, sort ce jour un nouvel album consacré à Beethoven.
 
Au programme, deux sonates (Clair de Lune, Op. 27 n°2 et Op. 14 n°2), les Bagatelles  op. 33, les 32 Variations sur un thème original et un bouquet de petites pièces rarement jouées. L’ensemble est agencé avec un Art du bouquet consommé !
 
 
 
Chez Monsieur Croche on est en train de l’écouter avec ravissement depuis ce matin tôt.
 
 
L’album est disponible sous forme de CD, en téléchargement sur iTunes et le site de Hyperion déjà mentionné, mais n’est pas disponible sur aucune  plateforme de streaming.
 
 
Photo : (c) Jean-Baptiste Millot, Paris, Septembre 2018

Un coffret de 130 CD pour célébrer Idil Biret

Le coffret-anniversaire qui célèbre les 75 ans de Idil Biret est désormais disponible. La pianiste turque se produira à Gaveau dans le cadre des Concerts de Monsieur Croche le 16 Avril 2019.

Ce coffret constitue le portrait le plus complet que l’on puisse faire de l’artiste, en particulier de son extraordinaire versatilité en termes de répertoire, de sa curiosité insatiable.

Biret est un phénomène assez particulier au regard de la plupart de ses consoeurs et confrères. Douée comme il n’est pas permis de l’être, grande lectrice, voyageuse, elle a voulu être une femme libre avant tout, qui joue du piano. On ne se rappelle pas aujourd’hui que dans les années 70 et 80 elle a été très engagée dans le mouvement de la musique contemporaine, collaboré avec les meilleurs compositeurs de l’époque. Des années plus tard, elle a inscrit à sa discographie leurs oeuvres. Mais, en disciple de la Grande Boulangerie, Idil Biret a toujours eu horreur des chapelles – raison pour laquelle il lui semble aussi important de défendre Jean Francaix que Boulez ou Ligeti.

Biret est donc une rassembleuse. Une conteuse.  Elle a inscrit Bach, Schumann, Prokofiev et Ligeti au programme de son récital chez Monsieur Croche, renouant avec le charme que l’on pense à tort suranné des récitals de piano à l’ancienne : la promenade à travers un bouquet d’oeuvres variées du répertoire, le temps d’une soirée.

En attendant le concert, vous avez tout le temps de vous plonger dans ce coffret gigantesque et particulièrement bien documenté, distribué en France auprès des disquaires par Outhere Music.


Présentation vidéo du coffret :
https://youtu.be/6Jh_xqmaVjE

Disponible chez un disquaire survivant, ou par correspondance par exemple ici

A lire aussi :
Une pianiste turque en France, par Dominique Xardel chez Buchet-Chastel

Lukas Geniušas : une création française de Leonid Desyatnikov

Au programme de son concert du 5 décembre 2018, Lukas Geniušas a placé la création française de 12 Préludes de Leonid Desyatnikov, un compositeur avec la musique duquel il entretient une relation émue. Il nous en parle.

 » Pour moi, évoquer la musique de Leonid Desyatnikov est particulièrement intime, et important.

 » Desyatnikov a été un ami très proche de ma famille pendant tant d’années ! Avant même d’être né et par la suite alors que même que je grandissais il n’a jamais cessé de jouer un rôle important dans la vision du monde que je porte en moi, à la fois en tant qu’artiste et en tant que personne privée.

 » Quand Leonid m’a annoncé qu’il allait m’offrir ses ses 24 préludes pour piano – 24 chants de Bucovine, je crois bien que cela a été l’un des moments les plus heureux de ma vie. Les Préludes de Desyatnikov forment un véritable « opus magnum » pour piano. C’est un cycle de pièces en 24 tonalités, à l’image de celles de Chopin, Scriabine ou Chostakovich, qui possèdent une teinte folklorique très vive. Chacun de  ces préludes est basé sur la mélodie d’une chanson folklorique recueillie dans la région de la Bucovine – historiquement partagée par l’Ukraine et la Roumanie. C’est un véritable hommage à sa nation : il est né à Kharkov, en Ukraine.

 » Il est évident que Desyatnikov a subi toute une série d’influences  au cours de sa formation musicale et de son apprentissage de la composition au Conservatoire de Saint-Pétersbourg (Tchaïkovski, Stravinski, Ravel, plus tard le minimalisme américain). Mais il n’est pas le seul. Bien sûr, en tant qu’artiste du moment post-moderne, il incorpore une grande variété de styles et de langages.

 » Je préfère évoquer ici la voix singulière qui est la sienne, qui émerge très tôt, dans ses œuvres du milieu des années 70, avant qu’il n’ait même eu l’occasion d’entendre la musique de Steve Reich, John Adams ou d’autres, car leurs œuvres étaient inaccessibles en URSS à l’époque. Et que dire de l’originalité de sa musique aujourd’hui ?  La musicalité est pure et audacieuse, comme la sensibilité. L’acuité de chaque nuance par unité de temps frappe toujours. Desyatnikov, c’est une voix robuste et originale. Amer doux mais sans sucre – vous comprenez ?  Une musique qui vous asservit comme une drogue à laquelle vous allez être accro.

 » Je voudrais reproduire ici trois citations du compositeur lui-même à-propos de sa musique. Elles proviennent de ses interwiews. Desyatnikov pratique volontiers l’auto-dérision. Elles reflètent assez bien les caractéristiques, les traits et l’ambiance, de sa musique, de son style :

 » Une émancipation de la consonance  »
 » Une transformation de la banalité  »
 » Un minimalisme à visage humain »

– Lukas Geniusas