Un coffret de 130 CD pour célébrer Idil Biret

Le coffret-anniversaire qui célèbre les 75 ans de Idil Biret est désormais disponible. La pianiste turque se produira à Gaveau dans le cadre des Concerts de Monsieur Croche le 16 Avril 2019.

Ce coffret constitue le portrait le plus complet que l’on puisse faire de l’artiste, en particulier de son extraordinaire versatilité en termes de répertoire, de sa curiosité insatiable.

Biret est un phénomène assez particulier au regard de la plupart de ses consoeurs et confrères. Douée comme il n’est pas permis de l’être, grande lectrice, voyageuse, elle a voulu être une femme libre avant tout, qui joue du piano. On ne se rappelle pas aujourd’hui que dans les années 70 et 80 elle a été très engagée dans le mouvement de la musique contemporaine, collaboré avec les meilleurs compositeurs de l’époque. Des années plus tard, elle a inscrit à sa discographie leurs oeuvres. Mais, en disciple de la Grande Boulangerie, Idil Biret a toujours eu horreur des chapelles – raison pour laquelle il lui semble aussi important de défendre Jean Francaix que Boulez ou Ligeti.

Biret est donc une rassembleuse. Une conteuse.  Elle a inscrit Bach, Schumann, Prokofiev et Ligeti au programme de son récital chez Monsieur Croche, renouant avec le charme que l’on pense à tort suranné des récitals de piano à l’ancienne : la promenade à travers un bouquet d’oeuvres variées du répertoire, le temps d’une soirée.

En attendant le concert, vous avez tout le temps de vous plonger dans ce coffret gigantesque et particulièrement bien documenté, distribué en France auprès des disquaires par Outhere Music.


Présentation vidéo du coffret :
https://youtu.be/6Jh_xqmaVjE

Disponible chez un disquaire survivant, ou par correspondance par exemple ici

A lire aussi :
Une pianiste turque en France, par Dominique Xardel chez Buchet-Chastel

Lukas Geniušas : une création française de Leonid Desyatnikov

Au programme de son concert du 5 décembre 2018, Lukas Geniušas a placé la création française de 12 Préludes de Leonid Desyatnikov, un compositeur avec la musique duquel il entretient une relation émue. Il nous en parle.

 » Pour moi, évoquer la musique de Leonid Desyatnikov est particulièrement intime, et important.

 » Desyatnikov a été un ami très proche de ma famille pendant tant d’années ! Avant même d’être né et par la suite alors que même que je grandissais il n’a jamais cessé de jouer un rôle important dans la vision du monde que je porte en moi, à la fois en tant qu’artiste et en tant que personne privée.

 » Quand Leonid m’a annoncé qu’il allait m’offrir ses ses 24 préludes pour piano – 24 chants de Bucovine, je crois bien que cela a été l’un des moments les plus heureux de ma vie. Les Préludes de Desyatnikov forment un véritable « opus magnum » pour piano. C’est un cycle de pièces en 24 tonalités, à l’image de celles de Chopin, Scriabine ou Chostakovich, qui possèdent une teinte folklorique très vive. Chacun de  ces préludes est basé sur la mélodie d’une chanson folklorique recueillie dans la région de la Bucovine – historiquement partagée par l’Ukraine et la Roumanie. C’est un véritable hommage à sa nation : il est né à Kharkov, en Ukraine.

 » Il est évident que Desyatnikov a subi toute une série d’influences  au cours de sa formation musicale et de son apprentissage de la composition au Conservatoire de Saint-Pétersbourg (Tchaïkovski, Stravinski, Ravel, plus tard le minimalisme américain). Mais il n’est pas le seul. Bien sûr, en tant qu’artiste du moment post-moderne, il incorpore une grande variété de styles et de langages.

 » Je préfère évoquer ici la voix singulière qui est la sienne, qui émerge très tôt, dans ses œuvres du milieu des années 70, avant qu’il n’ait même eu l’occasion d’entendre la musique de Steve Reich, John Adams ou d’autres, car leurs œuvres étaient inaccessibles en URSS à l’époque. Et que dire de l’originalité de sa musique aujourd’hui ?  La musicalité est pure et audacieuse, comme la sensibilité. L’acuité de chaque nuance par unité de temps frappe toujours. Desyatnikov, c’est une voix robuste et originale. Amer doux mais sans sucre – vous comprenez ?  Une musique qui vous asservit comme une drogue à laquelle vous allez être accro.

 » Je voudrais reproduire ici trois citations du compositeur lui-même à-propos de sa musique. Elles proviennent de ses interwiews. Desyatnikov pratique volontiers l’auto-dérision. Elles reflètent assez bien les caractéristiques, les traits et l’ambiance, de sa musique, de son style :

 » Une émancipation de la consonance  »
 » Une transformation de la banalité  »
 » Un minimalisme à visage humain »

– Lukas Geniusas