« The Passinge mesures » – un nouvel enregistrement de Mahan Esfahani consacré aux virginalistes anglais.

« The Passinge mesures » – un nouvel enregistrement de Mahan Esfahani consacré aux virginalistes anglais.

Mahan Esfahani, qui se produira aux Concerts de Monsieur Croche le 7 juin prochain,  ne cesse de travailler à faire revenir le clavecin et son répertoire à la salle de concert traditionnelle. Sa manière de faire, singulière, ses initiatives créatives et souvent détonnantes ont abouti entre autres à la commande de nombreuses oeuvres nouvelles solo ou concertantes pour son instrument. Citons les noms de compositeurs tels que Elena Kats-Chernin, Daniel Kidane, Miroslav Srnka, Anahita Abbasi, Bent Sørensen, George Lewis et bien d'autres. Mahan a été le premier et le seul claveciniste à être sélectionné comme « BBC New Generation Artist » entre 2008-2010, lauréat du prix Borletti-Buitoni en 2009 et nominé comme «  Artiste de l'année » aux Gramophone Awards, en 2014, 2015 et 2017.

"The Passinge mesures" marque le grand retour de l’artiste chez Hyperion Records, après une parenthèse toute jaune chez Deutsche Gramophone, où il avait enregistré les Goldberg et un album « Time Present and Time Past » consacré à des oeuvres allant de Händel à Reich en passant par Gorecki. Ce qui montre bien d’ailleurs qu’un contrat en major peut mener à tout, à condition de savoir en sortir !

"The Passinge mesures" est un album sensationnel. Il est tout entier consacré à ce qui est sans doute l’un des plus grands trésors de la musique des îles britanniques, cette musique des grands virginalistes, signée de John Bull, William Byrd, Giles et Richard Farnaby, Orlando Gibbons,  William Inglot, Thomas Tomkins, John Dowland... C’est aussi un terrain de jeu idéal pour Esfahani, qui y démontre ses innombrables talents. Et comme toujours avec Mahan, il y a à entendre et il y a à lire : les notes explicatives dans le livret informent, éclaircissent et provoquent : une véritable mine d’or, un régal, une expérience discographique complète. A noter que le disque est livré avec  toutes les traductions des notes en français.

Mahan Esfahani - Photo : (c) Kaja Smith

Mahan s’explique :

«  En fouillant dans de vieux papiers, j’ai récemment découvert le programme de mon premier récital de clavecin. J’avais presque dix-neuf ans (à trois mois près) et je passais ma deuxième année à l’université. Parmi des pièces de Froberger, Bach et Sweelinck, j’ai présenté un morceau de John Mundy, Goe from my Window, et un autre de William Byrd, The Carman’s Whistle, tous deux tirés du premier volume du Fitzwilliam Virginal Book que mon professeur Elaine Thornburgh conservait dans le studio de clavecin au deuxième étage du département.

" Sans doute n’ai-je pas très bien joué ces morceaux—ni quoi que ce soit—(certains diront peut-être que pas grand- chose n’a changé depuis), mais je me souviens avoir choisi de les jouer parce que j’étais fasciné par la puissance intense d’une musique que je ne comprenais pas tout à fait. C’est à peu près à cette époque que mon regretté mentor George Houle posa une question sérieuse au cours d’une de nos marches périodiques dans les collines de Stanford : une culture ayant produit Shakespeare aurait-elle pu ne produire que de la musique de deuxième ou troisième ordre ?

" Depuis lors, j’ai inscrit à mes programmes de plus en plus de pièces du Fitzwilliam Virginal Book et de recueils et manuscrits contemporains, m’imprégnant lentement autant que possible de l’art, de la littérature et de l’histoire qui entourent ces mystérieuses œuvres virtuoses. Par la suite, j’ai eu le grand privilège de travailler avec deux clavecinistes — Peter Watchorn et Zuzana Ruzicková — qui m’ont ouvert les yeux et les oreilles sur l’indescriptible profondeur d’un répertoire à propos duquel j’ai compris progressivement que j’étais né pour le jouer.

" Autrement dit, je continue à jouer cette musique sans raison intellectuelle, car ma réaction viscérale à une fantaisie sur l’hexacorde, par exemple, ébranle tellement mon être que j’ai vraiment besoin de la jouer — en fait, j’ai besoin de la « chasser » de mon esprit d’une manière ou d’une autre — afin de fonctionner comme un être humain. »

... Le reste du texte, vous n'avez qu'à le lire dans le livret, lorsque vous aurez acheté ou téléchargé cet album envoutant, enregistré sur une copie de Robert Goble & Son (Oxford, 1990), d’après un instrument  Carl Conrad Fleischer, Hamburg (1710) ! 

Mahan Esfahani - Photo : (c) Kaja Smith

Publié le 2 novembre 2018

7 juin 2019 Mahan Esfahani & invités
A retrouver en concert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La newsletter de Monsieur Croche

Pour ne rater aucune nouvelle de nos activités et bénéficier d'offres spéciales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *