À coeur ouvert. Peter Rösel

Portrait du pianiste allemand Peter Rösel, à l’occasion de son récital à Paris le 7 novembre 2019

À coeur ouvert. Peter Rösel

Il y a toujours dans le portrait d'un musicien quelque chose de délicat: son art n'agit-il pas sur l'auteur des lignes comme un rideau de fumée, altérant son discernement au profit d'un récit mythique forcément complaisant?

J'ai aimé Peter Rösel bien avant de le rencontrer parce que son art fait chavirer le cœur et l'esprit bien au-delà des mots, je me suis révolté face à l'injuste oubli dont il fait l'objet depuis bien trop d'années: comment dès lors ne pas sombrer dans le panégyrique, dans le procès à charge d'un monde musical à la dérive, comment ne pas en faire un martyre tout en criant à tue tête l'absolu raffinement de son inspiration dans quelque répertoire qu'il aborde ?  En rencontrant Peter Rösel… tout simplement.

Peter Rösel ouvrira la deuxième saison des Concerts de Monsieur Croche, le jeudi 7 novembre 2019 


  • Un entretien de Antonin Scherrer avec Peter Rösel
    Photographie de Jen-Pin LIN

Dresde est de ces miracles que l'on souhaiterait plus nombreux dans l'Allemagne d'après-guerre: reconstruction soignée et humaine loin de tout kitch tapageur ou tout déni du passé. Les bâtiments «historiques» n'ont rien perdu de leur majesté sous les noires attaques du temps, comme s'ils étaient debout depuis des siècles, comme si les bombardements de février 1945 n'étaient qu'un mauvais cauchemar, une parenthèse de l'histoire. Comme au temps des princes électeurs de Saxe, l'Elbe fend l'opulente et mélomane «Florence du Nord», dessinant au rythme du temps – que patientent les hommes! – des berges accueillantes pour vignobles et palais.

C'est sur l'un de ses coteaux escarpés que Peter Rösel passe ses journées lorsqu'il n'égraine pas son art de par le monde: environnement boisé, presque alpin, quiétude propice à la méditation romantique, et la ville toujours à l'horizon pour ne pas perdre l'influx – la Semperoper, le palais Zwinger et sa somptueuse collection de maîtres Renaissance et flamands… Il est à la porte, droit comme au piano. Le regard franc, disponible parce qu'il en a été convenu ainsi. Pas de fioritures, pas de «rideau de fumée», le cœur ouvert, digne. L'envie de dire, pas d'expliquer. L'histoire peut commencer: celle d'une vie bien réelle, pas d'un personnage de fable.

Et pourtant… Tout commence à la manière d'un roman d'aventure, un roman noir. Les mots coulent de sa bouche avec la précision sobre de celui qui sait d'où il vient, qui connaît le prix de la vie. «Les premières images sont celles de l'appartement de mes grands-parents. Mais il faut remonter un peu en arrière.

« Lorsque je vois le jour le 2 février 1945, mon père est mort depuis trois jours, tombé au combat. Ma mère ne le sait pas encore. Ma naissance ne se passe pas bien, il faut employer des forceps. Très affaiblie, elle ne peut quitter la clinique que le 13: un jour gravé dans la mémoire de tous les Dresdois. Est-ce un pressentiment ou son seul état de fatigue qui lui dicte de se rendre chez ses parents et non chez nous? Le soir même, notre appartement comme la clinique sont réduits en cendres. Ma mère et moi sommes sinistrés, mais en vie. »

Dresde à la fin de la guerre (c) DR

Malgré la tragédie qui le frappe dès la naissance, Peter Rösel n'est pas tenté d'accentuer le trait, comme il se refusera de peindre le diable sur la muraille est-allemande ou soviétique: la vie – ceux qui observent la nature le savent bien – est capable de prendre racine même dans les environnements les plus hostiles.

« L'appartement de mes grands-parents est situé dans le quartier de Striesen, non loin du centre. Le bâtiment, de style impérial tardif, est imposant. L'espace est grand, mais peu pratique. Pas de chauffage central ni d'eau chaude, une impression de froid permanente et une convivialité très relative: comment pouvait-il en être autrement à une époque où l'on manquait de tout? »

Un meuble attire cependant son attention: le piano. Il s'y installe spontanément et y fait ses premières gammes. À quatre ans, il témoigne déjà d'une certaine maîtrise et à cinq peut présenter les premiers fruits de ses «expérimentations dilettantes»: des pages qui ne resteront pas dans l'histoire mais témoignent de prédispositions au-dessus de la moyenne. Peter Rösel sait lire les notes bien avant de pouvoir réciter l'alphabet.

L'instrument seul ne suffit à nourrir sa soif de musique. Jeune veuve en quête de stabilité financière, sa mère a dû renoncer à sa carrière de cantatrice et intégrer les chœurs de l'Opéra: elle n'en demeure pas moins une artiste d'envergure dont l'aura baigne au quotidien le pianiste en herbe. Ingénieur de formation, son grand-père est également un excellent pianiste: il se produit dans les grands restaurants et s'assoit volontiers au clavier avec son petit-fils, traversant – comme cela se fait à l'époque dans les salons particuliers – des réductions de symphonies de Beethoven.

« Ces moments musicaux jouent un rôle essentiel dans le développement de ma conscience artistique. Imprégné de la sorte, je me rappelle qu'à dix ans déjà mon choix est fait: je serai pianiste.» L'évidence, comme celle d'une langue maternelle. «Je ne rencontre aucune barrière intellectuelle dans la compréhension d'une partition. La musique coule dans ma tête de façon parfaitement naturelle. J'intègre les œuvres par cœur jusqu'à en connaître l'entier du déroulement, à pouvoir en restituer le chant intérieur. Certains privilégient l'analyse et peuvent dire avec précision ce qui se passe à la mesure X de la page Y: j'en suis non seulement incapable mais surtout cela ne m'intéresse pas. J'embrasse la musique dans sa totalité, " acoustiquement " : je sais avec trois mesures d'avance ce qui va venir, c'est suffisant. De toute mon existence, je n'ai jamais perdu le fil d'une œuvre en la jouant! »

Dresde et le terreau saxon agissent à la manière d'incubateurs. Peter Rösel n'a que six ans lorsque sa mère l'emmène pour la première fois à l'opéra.

Le Schauspielhaus de Dresde avant la guerre en 1919, et tel que reconstruit (2012)

« Les représentations ont lieu au Schauspielhaus. Ce soir-là, on joue le Freischütz de Weber et c'est Rudolf Kempe qui tient la baguette: je ne l'oublierai jamais. Mon émotion est physique. Je n'apprendrai que plus tard les liens qu'il existe entre le compositeur et Dresde. »

Rösel habitera dix-sept ans Hosterwitz, dans une maison faisant face à celle où résidait Weber pendant l'été et où il a entre autres composé une grande partie de son célèbre opéra:

« Ce sont des jalons qui comptent lorsque vous vous apprêtez à embrasser une carrière de concertiste et à faire vos débuts avec la Staatskapelle puis avec la Philharmonie, des pierres solides sur lesquelles construire. Evidemment, il est nécessaire en amont de pouvoir compter sur des gens pour les mettre en vibration: cela a été le rôle de mon grand-père et de ma mère, mais également de tous ses collègues chanteurs qui défilaient dans l'appartement et que j'ai très vite accompagnés. »

Aussi prédestiné soit-il à embrasser la carrière de musicien, Peter Rösel ne saurait faire l'impasse sur une formation académique «traditionnelle». Sans tomber dans le misérabilisme, il n'est pas exagéré d'affirmer que les possibilités sont alors fort limitées en Allemagne de l'Est. Une « aubaine » si l'on en croit le principal intéressé, qui affirme qu'il ne se serait sans doute jamais tourné vers Moscou s'il en avait été autrement.

Avant 1961, les voyages à l'étranger ne sont pas impossibles mais matériellement difficiles à concrétiser: dans l'immédiat après-guerre, l'argent fait défaut à tous les niveaux. Il faut se contenter de ce que l'on a et à l'échelle de l'Allemagne, Dresde est loin d'être un second choix :

« Mélomane par tradition, la cité possède deux des meilleurs orchestres du pays. Au lendemain de la capitulation, ceux-ci n'ont pas mis long à se reconstituer et à offrir une palette de concerts à peu près normale aux habitants. Peu de villes d'Allemagne de l'Ouest peuvent alors en dire autant…»

Vient 1963 et les premiers lauriers internationaux: Peter Rösel décroche un 2e Prix au Concours Robert Schumann de Zwickau et se fait remarquer par l'un des membres du jury, Dmitri Bashkirov. Âgé de trente-deux ans, ce dernier n'est pas encore le «gourou» que l'on connaît aujourd'hui mais en train de constituer une classe au Conservatoire de Moscou pour laquelle il est en quête d'élèves talentueux. Ni une, ni deux: il fait savoir au représentant du Ministère de la culture de RDA présent au concours que le jeune Rösel doit absolument l'accompagner en URSS! Enthousiasmé par cette perspective, ce dernier est surpris de la rapidité avec laquelle l'affaire est conclue: il existe alors des accords et un système de bourses entre les deux pays qui permettent à une poignée d'étudiants est- allemands d'étudier en Union soviétique.

« Les musiciens disposaient de dix places, réparties entre Moscou et Leningrad; j'ai appris plus tard que nous n'avons été que sept cette année-là à en profiter. »

Moscou ! Cité aux mille clichés pour les Occidentaux, elle incarne pour le pianiste le passage à un niveau supérieur.

Peter Rösel à Moscou. Photo : (c) X - DR

« L'une des premières choses qui m'a frappé est le niveau technique très élevé des étudiants du pays, qui convergeaient des quatre coins de l'Union. La technique ne doit pas être un tabou: elle est une composante essentielle de la musique, sans laquelle il n'est aucune émotion possible. Il n'y avait pour moi qu'une chose à faire: m'accrocher. Et je crois pouvoir dire, à la lumière des Réminiscences de Don Juan de Liszt que j'ai servies lors de mon premier examen, que je me suis assez rapidement mis au diapason.»

Aux yeux de Peter Rösel, le Conservatoire de Moscou n'a à cette époque d'autre équivalent dans le monde que la Juilliard School de New York. La dictature?

« Ce ne sont pas des choses qui intéressent un jeune homme de dix-neuf ans, ou si peu. Mais la culture: un véritable Eldorado! Imaginez: Richter, Gilels, Rostropovitch, Oïstrakh, Chostakovitch… les plus grandes icônes de l'époque déambulant sous vos yeux dans les couloirs du Conservatoire. C'est comme à Dresde avec la Staatskapelle: des jalons à portée d'oreilles qui forgent votre personnalité. Et il ne faut pas croire que l'on vivait en vase clos: des phalanges internationales comme l'Orchestre philharmonique de Berlin avec Karajan ou l'Orchestre des Concerts Lamoureux faisaient régulièrement le déplacement. »

L'étudiant reçoit, l'étudiant prend, l'étudiant choisit: après deux années passées auprès de Dmitri Bashkirov, Peter Rösel décide de changer de professeur.

Lev Oborin - Photo : X - DR

Il intègre la classe de Lev Oborin, sans que «l'équation» ne change fondamentalement : pour le pianiste, un musicien se trouve toujours seul en fin de compte face à ses choix. Il est ainsi bien emprunté lorsqu'on lui demande de décrire – en sa qualité d'ancien étudiant mais également aujourd'hui de professeur – la manière dont il a assimilé l'enseignement de ses maîtres et intégré ces «jalons» si précieux à ses yeux. Sans en dévaloriser l'importance qui dépasse sans doute le conscient, il préfère évoquer le face-à-face physique avec le piano qu'il a mené durant toute sa jeunesse et l'a conduit à cette «liberté» absolue, source non seulement de santé corporelle mais également de beauté.

« À coup de six à sept heures de pratique quotidienne, on finit par découvrir des parties insoupçonnées de ses bras et à en apprivoiser le fonctionnement jusque dans les moindres détails. Ce cheminement expérimental ne peut se faire que par l'élève: un professeur peut tout au plus mettre en garde face aux risques liés à certaines mauvaises habitudes. L'immense bénéfice de ce processus a été de me faire prendre conscience de l'importance absolue d'acquérir la plus grande liberté musicale possible pour ensuite pouvoir transmettre mon émotion au public sans être freiné par les limites de mon corps. Un artiste est d'abord un communicateur: s'il apparaît refermé sur lui-même, sa pensée peut être la plus élevée qui soit, il passe à côté du sujet. Le travail à Moscou du grand répertoire virtuose des 19e et début du 20e siècles m'a été à ce titre très profitable: loin de m'éloigner de la musique voire de m'assécher l'esprit, il m'a permis d'acquérir une solidité technique me rendant d'autant plus disponible à l'émotion contenue dans l'œuvre et au ‹dialogue› avec le public.»

Sur le plan des éditions, Peter Rösel avoue ne pas être un inconditionnel du Urtext«En Union soviétique, nous jouions avec ce que nous trouvions… et je ne pense pas que cela sonnait plus mal ! L'essentiel demeure le sens musical de l'artiste, son goût. Si l'objectif est bien sûr de servir le compositeur au plus près de sa pensée et qu'à ce titre la connaissance des manuscrits originaux peut s'avérer éclairante, il faut se garder de ne pas devenir esclave du texte. Tout est question d'équilibre.»

Peter Rösel a l'intelligence de boire sans a priori aux deux grandes fontaines stylistiques qui s'offrent à lui, même si dans les années soixante celles-ci semblent presque inconciliables. Alors que le «pianiste allemand» ne jure que par Bach et Beethoven, le Russe s'enivre de Chopin, de Liszt et de Rachmaninov: lui sera allemand et russe !

Gare toutefois aux étiquettes: lorsqu'il étudie à Moscou, Rösel est pour le public dresdois «le prodige qui joue les virtuoses romantiques plus vite que personne» ; on a vite fait de s'enfermer dans une niche… Le pianiste en a conscience mais il lui faudra patienter jusqu'à ses consécrations aux Concours Tchaïkovski (6e Prix en 1966) et surtout de Montréal (2e Prix en 1968 derrière Garrick Ohlsson) pour glaner sa véritable reconnaissance d'artiste. Et encore: lorsqu'à l'orée des années septante les meilleurs orchestres d'Allemagne de l'Est commencent à s'intéresser à lui, la plupart lui demandent encore de la littérature… russe.

 

À Dresde, il est le premier pianiste à présenter le 2e Concerto de Prokofiev plus d'un demi-siècle après sa création: la Staatskapelle comme la Philharmonie s'attribuent les mérites de cette «première» sous les doigts de l'enfant du pays…

Un événement toutefois va faire basculer le «destin» de Peter Rösel: le 1er janvier 1970, le public berlinois le découvre dans le 4e Concerto de Beethoven sous la direction de Heinz Bongartz. C'est la stupéfaction: Beethoven sous les doigts de l'ancien «moscovite»… avec la tradition allemande en plus! Le voici enfin accepté pour ce qu'il est vraiment. Et il va rapidement confirmer.

Les producteurs du label Eterna sont en effet investis à cette époque d'une mission de service public visant à élever le niveau de culture du peuple en lui offrant le meilleur de la musique allemande: on propose à Rösel d'enregistrer les chefs-d'œuvre pour piano seul de Johannes Brahms, ce qui le remplit de joie.

«Cette initiative étatique peut prêter à sourire aujourd'hui: j'estime au contraire que nos politiciens pourraient s'en inspirer, eux qui s'évertuent à ‹dé-culturer› notre société!»

Voici donc le pianiste qui noue la gerbe de son talent, fait tout autant de cet héritage saxon aux racines séculaires que de ces années essentielles passées en Union soviétique à conquérir la pleine liberté de ses moyens et de sa musique. Reste à le faire savoir au monde. C'est là une autre histoire, que nous ne ferons qu'effleurer pour mieux revenir au cœur de son art.

La discographie de Peter Rösel est impressionnante: elle totalise près de septante enregistrements, dont tous n'ont malheureusement pas été réédités en CD.

Parmi les disques qui lui tiennent le plus à cœur, l'artiste cite spontanément les quatre concertos de Rachmaninov immortalisés en public aux côtés de l'Orchestre symphonique de Berlin et de Kurt Sanderling.

« Ce répertoire était encore peu fréquenté et ne souffrait pas de cette course frénétique à la puissance et à la vitesse qui caractérise – comme chez Liszt – les interprétations des jeunes pianistes d'aujourd'hui. Notre connaissance des années russes de Rachmaninov, marquées comme chez Tchaïkovski par une forme de nostalgie des temps passés, nous a amené avec Kurt Sanderling à privilégier les atmosphères par rapport à la virtuosité: le résultat tranche avec l'approche actuelle qui se base essentiellement sur la lecture ‹américaine› de ces œuvres et c'est ce qui le rend particulièrement précieux à mes yeux.»

Sanderling, Kempe, Masur : des phares dans le parcours de Peter Rösel, des moments d'échange aussi qui brisent la solitude du pianiste.

« Il est bon d'être confronté à d'autres réalités, à d'autres opinions, alors que dans l'absolu nous nous suffisons à nous- mêmes. Dans le travail avec orchestre, j'apprends à tirer l'archet avec les cordes, à respirer avec les vents, à remettre en question ma vision d'une œuvre façonnée entre les murs de ma salle de travail: une antidote très efficace au sentiment d'omnipotence! »

Comme beaucoup, Peter Rösel voit le monde musical s'internationaliser, s'uniformiser: un processus qu'il éprouve non seulement au contact des orchestres mais également de ses élèves, dont un nombre toujours plus important émane d'Extrême-Orient.

« Je suis impressionné du niveau que sont capables d'atteindre les Chinois, mais il reste des barrières culturelles que j'estime infranchissables. Vous pouvez aller très loin dans la copie d'une interprétation d'Alfred Brendel, si vous ne comprenez pas les raisons profondes de ses choix esthétiques, vous ne parviendrez jamais à atteindre les cimes de son inspiration. La langue joue à ce titre un rôle essentiel. Prenez l'Adagio de la Wanderer-Fantasie de Schubert: si vous n'avez pas intimement intégré les mots qui serpentent sous les notes, jamais vous ne parviendrez à trouver les nuances, le mouvement adéquat. Alors oui, jouer Beethoven ou Brahms sous la direction de Kurt Masur, qui comme moi est imprégné jusque dans son lait maternel de cette culture d'Europe centrale, revêt une dimension supplémentaire, une communion indicible que toutes les études du monde ne parviendront jamais à remplacer.»

Peter Rösel, Dresde, 2015 Palais Großer Garten, concerto de Mozart avec les Dresdner Kapellsolisten. Photo : X - DR

Nostalgie? Non. Une forme de pureté, d'honnêteté vis-à-vis de l'art qui tranche avec une époque où l'omnipotence est reine.

Une forme d'exigence aussi, que l'on a trop vite tendance à confondre avec de l'intransigeance: Peter Rösel – je l'ai vu, je l'ai entendu – est un homme serein, entier, à l'instar de la musique qui coule sous ses doigts, qui ni ne survole, ni ne complique, qui va droit là où son cœur et ses oreilles la guide.

L'évidence dans son habit le plus simple.

Antonin Scherrer
Dresde, le 20 septembre 2011

  • Ce texte figurait initialement en novembre 2011 dans la gazette éditée dans le cadre du festival www.beethoven32x16.ch, qui s'est déroulé entre 2008 et 2011 à Lausanne.
  • Il est reproduit avec l'aimable autorisation Christophe Schenk et de l'association Contrepoint à Vevey, qui a très souvent invité Peter Rösel à se produire en récital et concertos.

Peter Rösel. Récital aux Concerts de Monsieur Croche, le jeudi 7 novembre 2019

Publié le 30 mars 2019

7 novembre 2019 Peter Rösel, récital de piano
A retrouver en concert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La newsletter de Monsieur Croche

Pour ne rater aucune nouvelle de nos activités et bénéficier d'offres spéciales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *